Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/09/2012

L'audience du mardi 4 septembre au Tribunal de Police d'Uzès est reportée

Attention !
L'audience du mardi 4 septembre au Tribunal de Police d'Uzès est
reportée

Mardi 4 septembre à 9h30, devait être examinée par le Tribunal de Police d'Uzès, l'affaire de l'explosion d'un four à l'usine Centraco.

L'avocat de la partie adverse fait une demande de renvoi. L'audience sera donc reportée à une date encore inconnue que nous vous communiquerons dès son annonce.

Merci à toutes celles et tous ceux qui avaient prévu de se rendre au Tribunal et RDV pour le renvoi.
_______________________________________________________________________

 

Le 4 septembre à 9h30, sera examinée par le Tribunal de Police d'Uzès, l'affaire de l'explosion d'un four à l'usine Centraco.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" vous invite à vous mobiliser le 4 septembre, jour de l’audience, et vous donne rendez-vous au tribunal à 09h30, place de l'Evéché à Uzès

Rappel des faits :

Centraco - Explosion d’un four de fusion

Centraco-LeMidiLibre-MikaelAnisset-20ef0.jpgLe Centre de traitement et de conditionnement de déchets de faible activité Centraco, situé sur la commune de Codolet à proximité du site de Marcoule (Gard), est exploité par la société Socodei. L’installation a pour objet le traitement de déchets faiblement ou très faiblement radioactifs, soit par fusion pour les déchets métalliques, soit par incinération pour les déchets incinérables.

 Le 12 septembre 2011, à 11h45, une explosion a eu lieu dans un four de fusion de Centraco. En projetant du métal en fusion hors du four, celle-ci a tué un travailleur et en a blessé quatre autres, dont un gravement. Une instruction est en cours pour homicide et blessures involontaires.

plan_centraco-5ea52.jpg Selon toute vraisemblance, l’explosion serait liée à une interaction accidentelle entre l’eau de refroidissement et le métal du four, probablement du fait d’une usure. Ce phénomène aurait provoqué une réaction violente qui aurait soufflé hors du four du métal radioactif en fusion à 1600 °C au moment où un travailleur s’employait à briser une croûte de métaux, provoquant ainsi sa mort.

 Pour que toute la lumière soit faite sur cet accident, le Réseau "Sortir du nucléaire" a déposé une plainte le 2 novembre 2011. Le Parquet de Nîmes a décidé d’engager des poursuites pour exploitation d’une installation nucléaire de base en violation des prescriptions techniques définies par l’ASN.

Pour en savoir plus sur l’explosion à Centraco : CLIQUEZ ICI

Plainte_annexe_PDF-4.pdf

L'audience du mardi 4 septembre au Tribunal de Police d'Uzès est reportée

Attention !
L'audience du mardi 4 septembre au Tribunal de Police d'Uzès est
reportée

Mardi 4 septembre à 9h30, devait être examinée par le Tribunal de Police d'Uzès, l'affaire de l'explosion d'un four à l'usine Centraco.

L'avocat de la partie adverse fait une demande de renvoi. L'audience sera donc reportée à une date encore inconnue que nous vous communiquerons dès son annonce.

Merci à toutes celles et tous ceux qui avaient prévu de se rendre au Tribunal et RDV pour le renvoi.
_______________________________________________________________________

 

Le 4 septembre à 9h30, sera examinée par le Tribunal de Police d'Uzès, l'affaire de l'explosion d'un four à l'usine Centraco.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" vous invite à vous mobiliser le 4 septembre, jour de l’audience, et vous donne rendez-vous au tribunal à 09h30, place de l'Evéché à Uzès

Rappel des faits :

Centraco - Explosion d’un four de fusion

Centraco-LeMidiLibre-MikaelAnisset-20ef0.jpgLe Centre de traitement et de conditionnement de déchets de faible activité Centraco, situé sur la commune de Codolet à proximité du site de Marcoule (Gard), est exploité par la société Socodei. L’installation a pour objet le traitement de déchets faiblement ou très faiblement radioactifs, soit par fusion pour les déchets métalliques, soit par incinération pour les déchets incinérables.

 Le 12 septembre 2011, à 11h45, une explosion a eu lieu dans un four de fusion de Centraco. En projetant du métal en fusion hors du four, celle-ci a tué un travailleur et en a blessé quatre autres, dont un gravement. Une instruction est en cours pour homicide et blessures involontaires.

plan_centraco-5ea52.jpg Selon toute vraisemblance, l’explosion serait liée à une interaction accidentelle entre l’eau de refroidissement et le métal du four, probablement du fait d’une usure. Ce phénomène aurait provoqué une réaction violente qui aurait soufflé hors du four du métal radioactif en fusion à 1600 °C au moment où un travailleur s’employait à briser une croûte de métaux, provoquant ainsi sa mort.

 Pour que toute la lumière soit faite sur cet accident, le Réseau "Sortir du nucléaire" a déposé une plainte le 2 novembre 2011. Le Parquet de Nîmes a décidé d’engager des poursuites pour exploitation d’une installation nucléaire de base en violation des prescriptions techniques définies par l’ASN.

Pour en savoir plus sur l’explosion à Centraco : CLIQUEZ ICI

Plainte_annexe_PDF-4.pdf

27/08/2012

En ce lundi de rentrée, réfléchissons un peu...

"Pourquoi payer au même tarif le mètre cube d'eau pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer les mêmes impôts fonciers pour une résidence principale et secondaire ? Pourquoi payer son essence, son électricité, son gaz le même prix pour un usage normal et un mésusage ? L'eau va-t-elle manquer ? C'est une raison de plus pour en rendre gratuit le bon usage et renchérir ou interdire le mésusage. Ce paradigme s'oppose à celui de la société dominante : que signifierait en effet l'adoption programmée d'une taxe sur le carbone si ce n'est le fait de vider les rues des voitures des plus pauvres pour que les riches puissent rouler plus vite ? (...) Le danger serait bien sûr que cette politique renforce les inégalités en permettant l'accès aux mésusages à une petite minorité fortunée. Le pire serait de cantonner le peuple au nécessaire (au sérieux) et de libérer, moyennant finances, le futile, le frivole, aux classes aisées."
Mais , tout le problème est de le définir, de l'encadrer, de le "mesurer". Qu'est-ce que le mésusage de l'eau ? C'est remplir sa piscine personnelle ? C'est prendre une douche par jour ? Deux par semaine ? Laisser couler le robinet quand on se lave les dents ou qu'on rince les légumes ? Combien de litres d'eau par jour et par personne nous donne droit "le bon usage" ? Le bon usage de qui ? Celui qui vit dans quel pays ? Avec quel statut social
Se déplacer par exemple, pour les plus pauvres, est en train de devenir impossible hors des grands centres urbains dotés d'infrastructures de transports en commun, dont ils sont sans cesse repoussés dans les périphéries, alors que les transports en commun y sont moins nombreux. Pour qu'elles s'appliquent à tous, égalitairement, il faut en effet définir des niveaux d'usages et taxer les mésusages. Les restrictions de consommation, à l'exemple des péages urbains comme des parkings payants et des parkmètres, censés réguler la circulation automobile des centres villes européens, sont sans incidences sur ceux qui peuvent se les payer."

05/07/2012

On fait ça en cachette????

800px-GSM_base_station_4.jpgUne information vient d’être affichée sur le premier immeuble « Les tilleuls » information sur la face cachée du grand public, et non pas côté avenue 8 Mai 45 pourquoi ?

Avenue du _ Mars.jpg

S’agirait il de l’annonce officielle de l’installation d’une antenne de téléphonie mobile placée sur cet immeuble côté Ouest dans une cheminée factice afin d’être discrète à la vue côté ville.

29/06/2012

Extension Carrière de Vallabrix

La commissaire enquêtrice a donné un avis favorable, sans la moindre  réserve  à la  demande d'extension  et d'augmentation de production de la carrière de Vallabrix,  qui passerait de 325 000 tonnes à 575000 tonnes,  et ce, pour une durée de 20 ans..

Cet avis pose problème à la fois sur l'aspect transport et  acheminement des sables et sur le  l'extension en elle même

1- Acheminement des sables par  camions de 40 tonnes,(parfois attelés d'une remorque)  et mise en danger de la sécurité des personnes

Selon la commissaire enquêtrice   la  nouvelle sortie SPIR  constituerait une réelle  avancée : 

  "Il est prévu qu'un quart du trafic seulement continuera à passer coté Vallabrix, soit 22 rotations au lieu des 45 rotations actuelles,  ainsi le trafic passant par Uzès et Saint Quentin sera diminué de moitié"  

 Les riverains et villageois apprécieront  l'imprécision car sur les 22 rotations annoncées (donc 44 passages de camions A et R)  on ne connait pas la répartition entre Uzès et St Quentin , ce qui déjà assez grave en soi.  Si Uzès bénéficie pour l'essentiel  de la  sortie SPIR il  faudrait pour le moins exiger que l'itinéraire passant par  le centre du village de St Quentin soit  lui aussi  remplacé par la sortie SPIR (N 86) en direction du N et de l'Ouest à hauteur  de Bagnols.

Le problème de la sécurité et des nuisances reste intact car  les routes ne sont pas adaptées  à ce trafic (voir photo  gabarit camion et véhicule de tourisme sur chemin de terre  à Uzès en dehors de tout itinéraire répertorié)

2- Le principe de l'extension et impacts  divers :

Les nuisances environnementales  n’ont pas été suffisamment prises en compte  dans le rapport de la commissaire enquêtrice qui relève  pourtant à propos de l'impact sur le paysage : 

"Depuis la plaine de Vallabrix et les coteaux N  de la plaine d'Uzès  l'impact du projet sera important avec une modification de la géométrie du paysage"

          - Impact  sur l’eau  entraînant un risque majeur de pollution et d'ensablement des rivières, phénomène donnant déjà  lieu à procès.

          -  Impact  sur la faune et la flore (autorisation de destruction d'habitats  d'espèces protégées prise par arrêté du 4 novembre 2009)

          - Impact sur le tourisme , 1ère source de revenus   pour le Gard

          - Dépréciation foncière des biens

          - Atteinte au cadre de vie 

Le choc des titans.jpg

3-  Le problème lié à l’absence de  réhabilitation  antérieure du site par Fulchiron

L'historique de  l’exploitation de la carrière de Vallabrix montre à quel point les engagements pris par la Ste Fulchiron ont été  tenus à minima ,  sans  qu’elle ait rencontré une forte contrainte en dépit de ce qui était prévu  sur les arrêtés (d’où le bilan d’exploitation catastrophique actuel)  le rapport conclut :

 "ainsi le projet présenté , s'il permet à Fulchiron de developer son entreprise et de satisfaire de nouveaux clients, permet aux communes concernées de régler les problèmes de réhabilitation posés par des carrières précédemment exploitées de manière peu conforme"

Depuis l'autorisation de 2001 prévoyant des contraintes lourdes  pour l'évacuation des eaux pluviales vers le Valadas, peu de choses ont été faites et la la situation n'a cessé de s'aggraver sans  mise en demeure par les autorités compétentes.  L' exploitation de Vallabrix  est actuellement  en péril tant l’érosion  est forte, jamais endiguée correctement  , responsabilité que la Ste Fulchiron et l'enquêtrice font reposer  en  majeure partie sur l'ancien exploitant  la SETTSR.

 Pourtant Fulchiron exploite la carrière depuis plus de 10 ans !  Si l'on avait exigé des sanctions et des mises en réserve de fonds pour la réhabilitation du site , le bilan serait moins  dramatique et le chantage n'aurait pas eu de raison d'être.

 Ce que certaines associations ont qualifié de « prise en tenaille »  pour donner un avis favorable, relève davantage d’une forme de chantage fait par la Sté Fulchiron à l'égard des communes concernées,  que d'un juste équilibre :  à savoir lier  la demande d'extension du site vers St Victor  avec la réhabilitation du site de Vallabrix  tout en préservant la colline encore  boisée du Brugas.

Le rapport prévoit quelques contraintes  sans precisions formelles

Reste à savoir  qui les fera réellement  appliquer ? qui contrôlera et sanctionnera le non-respect des itinéraires   emprunté par les camions ?

Conclusion :

Le fait de n’avoir pas tenu compte  des remarques et réserves  faites par différentes associations  est inacceptable   et mérite une  réponse collective  pour faire valoir une nouvelle demande.

Sous différents prétextes  la Sté Fulchiron  s’est affranchie de la nécessité de faire et n’a pas tenu ses engagements, que ce soit en matière  d'itinéraires de transport  ou  de  réhabilitation du site .  On peut  donc douter de ses engagements actuels  pour le futur, et prendre en compte l’inquiétude des habitants de Vallabrix et des  villages avoisinants, impacts par les transports,  tant la durée du projet est importante : il engage l’avenir sur 20 ans !

Nous avons depuis peu  un élu Europe Ecologie Les Verts ,C.  Cavard , nous serons  attentifs  à sa prise de position sur ce sujet

Anaïs de Ranitz   

Correspondante Ass. Paysages de France

29/05/2012

Si vous êtes allergique à l'oeuf ou au lait à consommer avec modération...

Les vins produits en 2012 et étiquetés à partir du 1er juillet devront mentionner la présence d’œuf ou de lait, à cause des risques d’allergies encourus par le consommateur, en vertu d’une réglementation européenne.

Les protéines de lait et d’œuf, le collagène de poisson, le caramel ou encore le bois de chêne font partie des nombreuses substances que les vignerons sont autorisés à mettre dans leurs cuves durant le processus de vinification (transformation du jus de raisin en vin).

01/04/2012

Expositions durables à partir du 2 au 13 avril 2012,

espace des Capucins, à l'office de tourisme d'Uzès : nombreuses initiatives scolaires et individuelles s'inscrivent dans le respect de l'environnement en sensibilisant autrui à devenir de véritable consomm'acteur. L'art devient alors un mode d'expression qui transmet des idées et messages pour interpeller, intriguer, modifier nos comportements de tous les jours.

DEV DURABLE.jpgL'Art'récup, lancé sous forme de concours, par l'Office municipal de la culture d'Uzès sur la création d'un épouvantail, réalisé à partir d'objets récupérés, pour cette semaine durable. L'objectif est de donner une deuxième vie aux rebuts de la société à la manière de nombreux artistes contemporains. Dix-sept projets ont ainsi été proposés, très créatifs. Ils ont touché tous les publics dont les scolaires comme les élèves du lycée Guynemer d'Uzès qui ont réalisé quatre projets (voir photo). L'ensemble de ces oeuvres s'exposent pendant la semaine durable et le jour de la fête champêtre dans la vallée de l'Eure, le 13 mai 2012 prochain où le plus bel épouvantail sera primé.

L'exposition "Elevage intensif" donne à réfléchir sur nos consommations quotidiennes. Sommes-nous bien tous responsables ? Plusieurs classes du collège Trintignant d'Uzès ont travaillé sur cette exposition avec Mme Reboul, leur professeur d'arts plastiques, Mme Méric, documentaliste.

A découvrir, les cartes postales des 6e, les contre pubs des 5e, les collages des 3e à la manière du mouvement dadaïste, courant artistique du XXe siècle, critique ironique de l'absurdité de la guerre... Le tout dénonce l'élevage en cages des poules pondeuses. Un blog proposera prochainement toutes ces oeuvres sous la bannière "tambouille et boustifaille". Cette production ouvrira une nouvelle réflexion portant sur l'alimentation à partir de reportages photos, de travaux artistiques, de rencontres avec des producteurs locaux et la réalisation d'un fanzine, "journal libre" souvent militant dans un champ culturel, d'un blog... Avec les élèves volontaires de l'école, ce projet sera porté par Mme Reboul jusqu'en 2013.

 Initiatives à suivre et à découvrir à partir du 2/04/12 dans la vitrine de l'office de tourisme.

Inauguration de cette exposition : lundi 2 avril à 16h.

09/03/2012

Et si la jolie couleur brune de nos boissons sucrées préférées était en fait cancérigène ?

Coca.jpgDes scientifiques américains ont découvert que le 4-methylimidazole, d'origine animal, qui sert de colorants dans le Coca Cola, le Pepsi et beaucoup d'autres boissons sucrées (même la sauce soja !) serait cancérigène, néfaste pour le foie, le poumon, la thyroïde et le sang.

La puissance association de consommateurs américains explique que les colorants caramels (notés E150c et E150d sur les étiquettes) commencent à être dangereux au delà des 29 microgrammes ingérés par jour : une canette de 33cl en contient jusqu'à 146 !

24/02/2012

Villeneuve de Berg - 26 Février

Villeneuve de Berg.jpg

Villeneuve de Berg Place des Combettes  :

Lat x Lon : 44.559322, 4.5032439

Projet d'habitat groupé écologique

Habitat groupé.jpg

26/01/2012

Le PCF réagit...

Après l'interruption de la séance publique du Conseil Général par un groupe d'antinucléaires.

La politique énergétique de notre pays mérite mieux que le coup médiatique perprété par le collectif antinucléaire lors de la séance publique du conseil général de ce vendredi 20 janvier 2012.
Il est certes naturel que des français s'interrogent sur les risques que peut engendrer le nucléaire. Mais nous refusons les méthodes qui consistent à jouer sur les peurs "sans débat raisonnable".
Il est aussi légitime que les citoyens s'interrogent aujourd'hui sur l'urgence de sortir des énergies carbonées car si nous ne parvenons pas à diminuer les gaz à effets de serre, le réchauffement climatique, à terme, peut menacer la vie sur terre.
Aujourd'hui, quoi qu'en pensent certains "intégristes de l'écologie" qui demandent l'arrêt immédiat et définitif des centrales nucléaires du tricastin, il est bon de rappeler que seul le nucléaire peut produire de l'électricité de façon permanente sans émission de gaz à effet de serre. C'est un des éléments qui'il faut mettre dans le débat que le PCF appelle de ses vœux avec le Front de Gauche, un grand débat public qui devrait permettre la remise à plat de tous les choix énergétiques, du nucléaire et la préparation de l'alternative aux énérgies fossiles. Nous voulons ce débat comme une véritable confrontation citoyenne et comme un prélable au référendum que nous proposons et lors duquel les français se prononceraient pour la sortie du nucléaire ou pour le maintien d'un nucléaire sécurisé et public.
Le PCF se prononce, par contre, pour la dénucléarisation militaire pour laquelle peu s'expriment ; l'armement atomique, véritable menace pour l'humanité, représente 20 % du budget militaire de la France qui a dépassé, en 2011, les 40 milliards. Agir pour la dénucléarisation et la baisse du budget militaire, ce serait réaffecter des crédits au développement humain, à la protection de notre environnement, à la culture de paix et pourquoi pas à la récherche sur la diversification de nos choix énergétiques.

23/01/2012

Pour vous inscrire...

Cliquez sur l'image ci dessous.

COURS ET JARDINS.jpg