Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2013

Réflexion

4752_10200360242593921_187279456_n.jpg

Pays d’Uzès : des élus trop payés ? Suite

Dans son numéro 3408, le Républicain a consacré une page aux premières décisions du nouveau président du conseil communautaire, Jean-Luc Chapon : décisions concernant le nombre de vice-présidents et leur rémunération. Pour le Pays d’Uzès, le président a vu les choses en grand : nombre et rémunération sont portés au maximum prévu par la loi. Les éléments de comparaison cités par le journal montrent que nos voisins du Pont du Gard sont logés pratiquement à la même enseigne, à quelques nuances près toutefois qui méritent qu’on s’y arrête.

 

15 vice-présidents : pour quoi faire ?

Pour un nombre très proche d’habitants, les deux CC auront chacune 15 vice-présidents. Soit. Mais au Pont du Gard, ce choix permet à tous les maires de la CCPG de faire partie du bureau et de participer directement aux décisions de la Communauté. Parti pris onéreux mais démocratique.

 Sur la CCPU, une gestion vraiment commune des affaires n’était pas possible (pour 31 communes, 15 vice-présidences au plus). En revanche, compte tenu de la taille modeste de notre communauté de communes, le nombre de  vice-présidents pouvait être limité à 11, ce qui sera le cas en 2014. En période de crise, cette option « économique » ne s’imposait-elle pas pour épargner les deniers publics ?

 

Le poids d’Uzès

Une autre comparaison, concernant les délégués, est aussi éclairante.

La ville d’Uzès  se trouve surreprésentée à la CCPU : la présidence, une vice-présidence, 17 délégués sur 56.

Rien n’interdisait pourtant d’équilibrer la représentation en diminuant le nombre de délégués d’Uzès au profit des autres communes. D’autres l’ont fait : dans la communauté d’agglo d’Alès, sur 184 délégués, la ville n’en compte que 31, ce qui permet de donner 2 délégués au moins à chaque commune. Le poids politique d’Alès au sein de l’agglo est de 16,6%, celui d’Uzès au sein de la CCPU, de 30%. Et pourtant, en population, Alès représente 42% de l’agglo.

Ce rééquilibrage aurait permis d’éviter une situation peu compréhensible : que deux des plus gros villages de l’Uzège, Montaren et Blauzac n’aient pas de vice-présidence.

 

Comment les élus doivent-ils être rémunérés?

Jean-Luc Chapon justifie son choix d’une indemnité fixée au taux maximal par un argument apparemment généreux : les élus des petites communes ont des indemnités trop faibles, le coup de pouce de la communauté aux vice-présidents vient donc à point pour compenser leurs frais...

Ce coup de pouce arbitraire a peu de rapport avec le statut de l’élu réclamé par les maires de France. Un statut, c’est pour tous les maires, l’assurance d’exercer leur mandat dans des conditions décentes. Ce pourrait être aussi un moyen de limiter le nombre et le cumul des mandats et de favoriser le renouvellement de la représentation politique, gage d’une démocratie bien vivante.

 

Texte rédigé et cosigné par un groupe d'élus de l’Uzège

21/01/2013

.

184627_304838846286187_1034050973_n.jpg

17/01/2013

Bonne nouvelle pour l’emploi et les portes monnaies.

A Nîmes, la commission départementale d'équipement commercial réunie ce jeudi matin a livré un avis favorable pour la création d'un village de marques à Fournès.

Son ouverture est prévue pour le second semestre 2014.

Implanté au pied de l'échangeur autoroutier de l'autoroute A9 à Remoulins, il devrait s'étendre sur 2030 m² et accueillir 110 boutiques de prêt-à-porter et devrait créer 350 emplois.

.

530818_512521912121067_1022890026_n.jpg

Exposition Lewandrowski, Mémin, Vieville à Uzès.

vieville.jpg

16/01/2013

Le Comité de défense et de soutien aux établissements scolaires publics de l’Uzège

La prochaine réunion du Comité est prévue le mardi 22 janvier 2013 à 18h00 en salle des Commissions de la Mairie d’Uzès en présence de Madame Margutti, Conseillère Régionale.

Ce sera la première fois qu’une élue viendra parler avec précision des intentions de la Région sur la restructuration des Lycées d’Uzès.

Actions ──────────────────

Comme décidées lors de la réunion publique du 12 décembre 2012 :

Journée de la Truffe du dimanche 20 janvier à Uzès : distribution de tracts de 11h00 à 12h30 et déploiement de la banderole Place aux Herbes.

Rencontres parents-professeurs au Collège JL Trintignant à Mayac : distribution de tracts à partir de 16h30 jeudi 17 et mardi 29 janvier.

Cordialement

Pour le comité : Franck TICHADOU

15/01/2013

Lecture (en entrée libre) d'un conte au coin du feu

DANIEL LACROIX JANV  2013.JPGDaniel Lacroix, comédien et metteur en scène, a décidé de gâter les plus petits, ceux de 5 à 10 ans, en leur racontant, bien au chaud contre la cheminée " Le Petit Voleur des Saintes Maries".

LE PETIT VOLEUR.jpgUne histoire écrite par Jean Louis Calvet construite sur un fait réel.

Les mamans et les papas sont bien sûrs invités à accompagner leurs progénitures.

Entrée libre (durée 45 minutes) ce Mercredi 23 janvier à 15h30 au salon de thé Curiosi'thé, placette du Plan de L'Oume à Uzès.

Contact Nathalie: 04 30 67 28 92 ou Daniel Lacroix 06 22 14 72 67

Dimanche dans la rue on a entendu et lu…

Les décodeurs.jpgCe qu'on entend : "Nous allons lutter sur les conséquences du texte, dont la disparition du terme de "père" et de "mère" dans la plupart des articles du code civil."

Ce qu'on peut lire : "On n'est pas des parents A, on n'est pas des parents B"

227690_544511802226791_1813098730_n.jpgCe qu'on peut lire : "Touchez pas au code civil"

Ce qu'on entend : "Je suis dans la rue pour que la parole soit donnée au peuple. En tant qu'élu de la Nation, je n'ai pas reçu le mandat de voter sur des réformes aussi essentielles, c'est au peuple de le faire directement."

Ce qu'on peut entendre : "Nos ventres ne sont pas des caddies", "Non à l'OGM humain"

La loi et les réponses décodées sont la :

http://decodeurs.blog.lemonde.fr/2013/01/14/pere-et-mere-...

263361_4941545172847_943381945_n.jpgMaintenant si vous avez le courage de lire l’intégralité du texte de loi :

http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl0344.asp

Vous constaterez que les catholiques, l’Eglise, l’UMP, le FN et quelques autres vous trompent.

Haribo dans la lutte.

Une marche de plus vers la justice pour Jean Christophe et le syndicalisme !

haribo_3.jpgLe jeudi 10 Janvier 2013,  se tenait le second rassemblement de soutien à Jean-Christophe Jolbert.

Ce dernier est militant CGT dans l’usine d’Haribo à Uzès.

Il est menacé de licenciement pour faute grave. L’employeur s’appuie sur  une cabale mené par un dirigeant et des témoignages de salariés. Plusieurs charges pèsent contre lui comme le vol ou le ralentissement de la production.

IMG_0646.JPGDans un contexte social qui continue de s’effondrer dans le GARD. Les compteurs sont au rouges dans le département avec ses 13% de privé d’emploi (chiffre INSEE 12/2012). Les annonces de destructions d’emplois s’empilent tout comme les contre-attaques patronales pour faire tomber les militants syndicaux (ex : Philippe Marchèse dans l’usine Ferropem à L’Ardoise en 2011). C’est dernières semaines, les entreprises de Shelbox et de Vachaud dans le Gard ont annoncé à eux 140 suppressions d’emplois et leur fermeture. Leur présence et la nôtre, marquée par la venue de Phiippe Poutou, étaient naturelles comme celle plus emblématique des Fralib qui ont ont lutté plus de 800 jours récupérer des mains d’UNILEVER leur outil de travail. Ceci marque le fait que les salariés en lutte ne veulent pas restées isolés et qu’il y a une nécessité de favoriser ses regroupement pour aller plus loin dans la lutte des uns et des autres.

IMG_0648 (1).JPGLes enjeux sont multiples pour ses salariés tout comme notre intervention à leur côté pour montrer notre soutien politique. Le cas de Haribo n’est pas isolé dans cette période. Le groupe qui possède l’outil de production a surement des projets de remise en cause des accords d’entreprise ou de productivité. Résultat la direction s’attèle à diviser les salariés du site d’Uzès par la peur en faisant du chantage à la délocalisation et attaque de plus en plus les militants syndicaux pour ne plus les trouver sur son chemin comme avec le cas de Jean-Christophe Jolbert. Le patronnant s’attèle toujours autant à faire de la discrimination antisyndicale. Les cas sont nombreux en ce moment. L’affaire des postiers du 92, menacé de licenciement suite à une occupation, est emblématique de la situation ou le patronat veut prendre une revanche.

L’affaire de Jean-Christophe n’est pas terminée. D’ici son rendez-vous à l’inspection du travail le 22 janvier nous devons intervenir avec les salariés de Haribo pour défendre le droit syndical, la dignité des travailleurs et celle de Jean Christophe et sa famille.

Ne lâchons rien !

NPA du Gard (Comités de Nîmes, Alès, Uzège-Rhône-Pont du Gard)

 

npadugard@gmail.com

npauzegerhonepontdugard@gmail.com

12/01/2013

31 Janvier - ATTENTION au stationnement et a la circulation...

etoile de bessège.jpg

11/01/2013

Communiqué du comité PG Uzès Pont du Gard, Vallée du Rhône

Stop à l’austérité jusque dans nos villages : ensemble, forçons le changement

PARTI DE GAUCHE.jpg

Uzès, le 8 janvier 2013

Le mois dernier, alors que la presse locale se faisait l’écho des ambitions avouées de certains élus du territoire, l’heure était au vote des budgets pour 2013 dans leurs assemblées locales respectives.

Pour ceux qui soutiennent le Président de la République et l’action de son gouvernement, la réalité est rude : la politique d’austérité doit être relayée. Les dotations d’Etat sont en baisse,(…)

L’intégralité du Communiqué du comité PG Uzès Pont du Gard, Vallée du Rhône