Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/04/2013

De qui se moque t-on?

Castillon-du-Gard, le 20 avril 2013

Affaire « péage pour accéder au pont du Gard »

 

Madame, Monsieur,

            Le péage réclamé aux piétons pour accéder au site du pont du Gard donne lieu à des méprises.

            Cette décision justifie une action, mais laquelle ?

 

            1  - L’Etat, l’Europe, le département, la Culture, les contribuables gardois et de la région Languedoc-Roussillon  ont participé à la mise en valeur du site et du monument. Il n’appartient pas à l’EPCC, organisme de gestion locale, à la charge du département et de la région, de l’ignorer.

            2  - Le conseil d’administration du site a pouvoir de décision dans son domaine, mais dans certaines limites. Il ne peut empêcher quiconque d’accéder au pont du Gard, monument historique classé à l’échelon mondial, ni de longer l’aqueduc le long des terrains non privés, accessibles, ni de sortir des ces voies à quel niveau que ce soit.

            3 - Toute action de force au pont du Gard ne serait que pantalonnade. Je connais la question.

            4 - Les propos sentimentalistes, sont d’aucun intérêt.

            Il faut agir utilement en s’appuyant exclusivement sur des moyens incontestables et légaux.  Il en existe.

            Ma notoriété et mon expérience de président fondateur du CIDS, de l’association Pont du Gard et Patrimoine dont j’approuve la politique des premières années, de fondateur du Groupe d’information sur le pont du Gard et l’aqueduc de Nîmes, de fondateur de l’Académie Pont du Gard, m’autorisent à choisir mes modes d’action.

En conséquence :

             -     J’ai adressé à M. le préfet du Gard, une demande pour que soit conservée l’autorisation de circuler à pied et gratuitement le long du tronçon d’une centaine de mètres, de la D.981, déclassée dans les années 1990 et qui borde le l’ancienne auberge du Vieux Moulin. Ce tronçon très praticable raccourcit le chemin et n’implique aucun passage obligé et payant. Je lui demande également que le droit de circuler le long des sentiers de randonnées soit conservé, comme la loi le permet.

               -   J’adresse le même courrier à M. le Premier Ministre et au ministre de la Culture,

Je donne copie de ces correspondances à :

-                     M. le président du conseil général du Gard,

-                     M. le Président de la région Languedoc-Roussillon,

-                     M. le président de l’EPCC,

-                     Mme et Messieurs les députés du Gard,

-                     M. le président du Conseil d’Etat,

-                     Quelques députés européens,

-                     M. le président du tribunal administratif de Nîmes,

-                     Mmes, MM. les maires des communes situées le long de l’aqueduc,

-                     M. le conseiller général du canton de Remoulins,

-                     M. le président de la FAHG (Fédération archéologique et historique du Gard),

-                     Mmes, MM. les directeurs de la presse écrite, de radio et de chaînes de télévision,

-                     Mme le président de l’Académie de Nîmes,

-                     M. Alain Journet, ancien sénateur-président du conseil général du Gard,

-                     M. Michel Gaudin, ancien préfet du Gard, ancien préfet de police de la ville de Paris.

-                     M . le directeur de l’organisme Culturespaces.

Je sollicite officiellement aussi, des membres du conseil d’administration de l’EPCC, le rétablissement immédiat  des trois commissions comme cela est prévu par l’article 10 des statuts. Commissions, hélas abandonnées et qui selon les textes devraient fonctionner de façon permanente, afin de faciliter l’expression et les initiatives des citoyens, démarche indispensable au bon fonctionnement de la vie démocratique de l’Etablissement. Si les statuts avaient été respectés, nous ne nous trouverions pas dans cette situation, aujourd’hui.

Je vous assure, Madame, Monsieur, qu’une action intelligente et bien ordonnée apporte plus que des manifestations spontanées, isolées dans le temps, souvent conduites anarchiquement. Puis nous verrons bien.

 

Claude Larnac

Les commentaires sont fermés.