Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/04/2013

Lycées : le satisfecit de Fabrice Verdier est prématuré et le silence de Jean-Luc Chapon inquiétant

Représentant la Région au conseil d’administration du lycée Gide pendant de nombreuses années, Fabrice Verdier n’a pas fait preuve d’un grand dynamisme pour donner aux lycées d’Uzès les locaux qui leur manquent.

Rappelons que lors d’une réunion en 2009, Max Levita, alors chargé des Lycées au sein du service de l’Education de la Région, s’était dit conscient depuis 2004 d’un problème d’internat pour les 2 lycées et de la nécessité de réhabiliter Charles Gide. Reconnaissant qu’Uzès faisait partie des lycées « urgents », il avait alors annoncé un échéancier : feu vert pour le projet en 2010, 2 ans pour les différentes étapes, livraison en 2013 ou 2014.

On voit ce qu’il en est.

Aujourd’hui, le député se veut une fois encore rassurant et déclare « il n’y a plus de débat ni de polémique autour de la réalisation de cet internat ». Est-ce à dire que l’on assiste aux prémices d’un début de réalisation ?

Si c’est bien le cas, Fabrice Verdier doit au public certaines précisions : la Région s’est engagée à restructurer les lycées dans un projet global qui comprend un internat, un service de restauration, une salle polyvalente et d’EPS, une infirmerie, des salles de cours supplémentaires pour accueillir de nouvelles sections et des logements de fonction.

Espérons que Karine Margutti, Conseillère Régionale, qui s’est récemment engagée sur ce dossier, saura donner aux travaux l’impulsion décisive.

Alors que de nombreux élus avaient répondu à l’invitation du comité de défense et de soutien des établissements publics d’Uzès le mercredi 27 mars, l’absence du maire de la ville centre illustre son manque d’intérêt pour le projet de restructuration.

En témoigne aussi, le fait que l’internat du lycée GIDE, propriété communale que la ville loue 25 000 euros par an à la Région , soit laissé sans entretien depuis des années, ce qui entraîne un inconfort inadmissible pour les internes (pas d’eau chaude, pas de volets, peinture non refaite, etc ).

Est-ce parce qu’il est trop intéressé à vendre l’internat que Jean-Luc Chapon manque d’intérêt pour la rénovation des lycées ? On pourrait le croire, lorsqu’en reniant sa promesse, il annonce à son conseil municipal qu’il veut céder ce bâtiment à la Région pour une somme de 590 000 euros !

En un temps où l’on vante les mérites de la décentralisation et de la démocratie participative, usagers et personnels, parents d’élèves et élus locaux, veilleront à ce que la restructuration se réalise dans les conditions les plus favorables pour les lycéens et les citoyens de l’Uzège. Ils s’attendent à être considérés comme des partenaires et restent vigilants.

 B Rieu

Maire de Vallabrix,

Membre du collectif pour la restructuration des lycées d’Uzès

Les commentaires sont fermés.