Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/02/2013

HARIBO UZÈS

Le licenciement de J-C Jolbert rejeté par l’Inspection du travail

La bonne nouvelle est arrivée ce mardi 5 février par voie postale. Jean-Christophe Jolbert, mis à pied depuis le 6 décembre 2012, a obtenu gain de cause. L’Inspection du travail a rejeté la demande de licenciement du salarié d’Haribo (Uzès) accusé par sa direction d’avoir commis pas moins de six fautes graves. “J’ai reçu un courrier à la maison. En résumé, il est écrit que la décision de l’Inspection avait été motivée par l’absence de preuve concernant les accusations portées contre moi” explique soulagé le père de famille âgé de 43 ans, contacté par téléphone.

Soulagé car depuis ce fameux 6 décembre 2012 et ce malgré un élan de solidarité lancé à l’initiative de la CGT au début du mois de janvier, Jean-Christophe Jolbert avait cette épée de Damoclès sur la tête : La perte définitive de son emploi “suite à des accusations calomnieuses rapportées par des salariés à la direction (ralentissement de la production, destruction et vol de bonbons etc)“. “Aujourd’hui, je suis bien entendu content. Mais je reste convaincu qu’on a voulu me faire payer mon statut d’élu à la CGT au CHS-CT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, Ndlr) parce que j’ai mis mon nez là où ils ne voulaient pas que je le mette.

Commentaires

A l'heure où l'offensive, en grandes pompes médiatiques, déferle tous azimuts sur les ouvriers, la CGT et ses élus, il faut saluer comme il se doit cette victoire du droit du travail, et des travailleurs.
La preuve est faite que face à l'agression du patronat et des puissances d'argent, soutenus par le gouvernement PS-EELV, qui tourne le dos aux électeurs qui l'ont conduit au pouvoir, seule la lutte paie.
A tous ceux qui comme Jean-Christophe sont confrontés à la pression patronale, sont menacés de perdre leur emploi, souffrent des conditions d'existence que cette insécurité génère, la leçon est profitable. Elle tient en un mot : RESISTANCE !

Écrit par : ERASMI Christian | 05/02/2013

Très contente pour ce Monsieur que l'inspection du travail soit de
son côté .
je pensais bien qu'il ne pouvait être responsable de ces vols !!!
risquer son emploi dans le contexte ou l'on vit , pour du sucre et des
bonbons et détruire l'outil de travail d'une entreprise serait plus que
suicidaire !!!
Comment les personnes qui l'ont dénoncer ont pu cropire que de
telles balivernes pourraient être prise au sérieux par l'inpection du
travail !
Le problème pour lui maintanant , le plus dur sera peut-être de
reprendre le boulot par rapport à la direction et aux personnes qui l'ont
honteusement dénoncé ! ne vont-ils pas lui mener une vie d'enfer au
boulot avec force pressions , réflexions et autres colibets et injustices ?
En espérant qu'il sache résister , en temps que responsable syndical
à tout ça ! On lui souhaite bon courage et bonne continuation !!!!!

Écrit par : Rose-May | 07/02/2013

Les commentaires sont fermés.