Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2012

Analyse et commentaire après le débat de Blazac sur le traité Européen.

Christophe Cavard annonce qu'il va voter oui au traité budgétaire alors que rien dans ses documents de campagne n'annonçait ce virage par rapport à ses électeurs

 

Il s'y prononçait au contraire pour un audit citoyen de la dette pour en déterminer la part illégitime alors que le pacte budgétaire impose son remboursement de manière prioritaire et forcée. C'est en ne tenant pas les engagements électoraux qu'on fabrique l'abstention et les votes de rejet portés par le Front National !

 

Il faut reconnaître que Christophe Cavard a eu l'honnêteté de débattre de son choix, contrairement aux députés PS qui se sont contenté d'un communiqué de presse issu du premier ministre en n'ayant même pas le courage d'une conférence de presse de peur d'avoir à y répondre à des questions !

 

Christophe Cavard justifie son vote positif sur la base de 3 arguments :

ñ  ce traité ne sera pas plus appliqué que les précédents ! Alors pourquoi le voter ?

ñ  il ouvre la porte à des aides possibles aux pays très endettés. Mais à quel prix ? Des réductions drastiques des droits sociaux et du code du travail tel que précisé dans le MES annexé au traité ! Les 9 plans antérieurs d'aide à la Grèce ont pourtant tous participé à enfoncer le pays dans une crise de plus en plus forte !

ñ  il permet d'ouvrir des possibilités de changements en Europe en s'appuyant sur le pacte de croissance qu'aurait négocier Hollande en juin 2012

 

Cette ouverture est pourtant très illusoire et n'est qu'un effet de vitrine pour justifier le revirement à 180° entre le candidat Hollande qui s'était engagé à renégocier le traité et le Président Hollande qui fait le forcing pour le faire ratifier.

 

ñ  le « petit » (à l'échelle européenne) volet de 120 ou 130 milliards d'euros (60 récupérés sur d'autres actions, 60 encore en attente de recapitalisation de la BEI sur capitaux privés) sans aucune précision quant au type d'investissements correspondants …Krugman, prix Nobel d'économie 2008, en dit « un pistolet à eau contre un rhinocéros qui charge » ;

 

ñ  le rachat des titres souverains des états endettés ne concerne que ceux dont les banques ne veulent plus (le marché secondaire pour en libérer les banques plus que les pays qui préféreraient le marché initial) et est assorti d'obligations d'économie sur les prestations sociales des pays concernés (« à condition que leurs programmes économiques et budgétaires soient contrôlés par les instances communautaires » comme le dit un autre pacte de 2011, le pacte de compétitivité avec sa flexisécurité qui revient au goût de la France de Hollande !) ;

 

ñ  le contrôle des banques par la BCE ne change quasiment rien à l'existant puis c'est la BCE qui décide déjà de prêter ou non aux banques et peut en assurer ainsi le contrôle effectif par l'argent ! Aucune modalité n'est encore précisée depuis 3 mois !

 

ñ  la taxation des transactions financières ne correspond qu'à une prévision de 500 millions d'euros en 2013 et risque de pénaliser autant, sinon plus, les petits actionnaires qui n'ont pas de juristes fiscaux à leur disposition pour domicilier leurs dividendes

 

 

Quand on prône des changements fondamentaux en matière d'énergie, de logement, d'écologie, de rénovation de droits sociaux et du travail, comment accepter d'être contraint à limiter le déficit « structurel » (cette notion floue est en plus sous la seule maîtrise des « spécialistes » technocrates de Bruxelles!), et donc les emprunts, à 0,5% du PIB ? Comment imaginer un virage écologique et les investissements importants correspondants dans cette limite de 10 milliards d'euros par an ?

C'est d'autant plus grave que cette limite va toucher toutes les administrations publiques, communes, départements, région, hôpitaux et services publics. Ce sont tous les citoyen(ne)s qui sont concernés et pas seulement les riches !

Commentaires

Bon texte, mais qui est l'auteur?
Il eut été honnête de la savoir, non?
quand à Mr Cavard, le prochain pas est d'adhérer au PS.

Écrit par : LG | 09/10/2012

Les commentaires sont fermés.